Installation et découverte du Rémora

Le Rémora est une espèce de poisson qui aime s’attacher aux plus grands voyageurs. Que ce soit un requin baleine, une tortue marine, ou d’autres grands poissons pélagiques, les rémoras aiment s’y attacher et profiter du déplacement de leur hôte. De couleur grise ou noire, le Rémora est un poisson discret qui pourrait facilement se confondre avec leur « compagnon » de route. La remorque Trixie, que nous vous présentions dans notre dernier article, pourrait y ressembler… Nous l’avons donc baptisée Rémora.

Mais pour notre toutou, il s’agit d’une première. Se balader, sans courir ni marcher, à l’arrière d’un « grand » engin à 2 roues que les humains doivent faire avancer en pédalant… Quelle idée!!! Mais justement, cette idée folle nous permettra de passer encore plus de temps ensemble, en famille, simplement entre nous… 😉 De belles randonnées, de longs séjours en vélo, des périples, ou simplement de petites balades…

Mais avant de prévoir un long périple de plus de 400 kilomètres (parce que oui, c’est dans les tiroirs!!! 😀 ), nous voulions voir comment se déroule l’installation de notre Rémora sur nos vélos, et surtout, comment va réagir notre toutou à cette nouvelle épopée… Et bien évidemment, nous voulions vous la partager!!!

L’installation

Elle est très simple. La remorque nous avons choisi, le modèle de chez Trixie, est fourni par défaut avec une fixation, une « patte », qui vient prendre place sur l’axe de fixation de la roue arrière. Cela permet de garder cette fixation constamment sur le vélo, sans devoir tout démonter quand nous n’utilisons pas la remorque. Soyez par contre très vigilants car, en fonction des fixations de porte-bagages prévues sur votre vélo, cela peut « incliner » la fixation. Normalement, l’attache de la remorque est horizontale. Mais sur notre modèle de vélo, l’attache devra se placer un peu vers le bas…

De même, nos vélos sont des vélos VTC Trek avec des roues de 28 pouces. Au niveau de la taille du vélo, celui de Vic est en taille S, et le mien en taille L. La fixation de la remorque se fait sur le côté gauche du vélo. Il faudra donc faire attention de ne pas prendre de virage trop serré sur la droite car le garde boue et la roue passent relativement proche de la structure de la remorque.

La découverte

Elle fut… rapide et visiblement très positive!!! Nous avons évidemment un peu « triché » en plaçant dans la remorque, quelques jours plus tôt, des jouets et des odeurs habituelles à Matisse afin qu’il ne soit pas trop perturbé… Mais nous avons l’avantage d’avoir un petit toutou très curieux et très peu farouche. Il adore découvrir de nouvelles choses… Très peu de temps après avoir mis son panier « doudoune » dans la remorque, il a voulu de lui-même y jeter un oeil.

Je l’ai toutefois quelque peu aidé car la « marche » d’accès à la remorque est trop haute pour ses problèmes de hanches. Mais une fois entré, Matisse s’y est installé confortablement et ne semblait pas perturbé. Il se tournait alors vers nous, donc vers l’arrière de la remorque. Nous avons alors voulu lui montrer que l’autre côté était plus intéressant, qu’il y avait plus de choses à découvrir. Il s’en est très vite aperçu!!! Aucun soucis pour lui, pour passer la tête à travers la petite fenêtre et découvrir le monde!!!

Le verdict

Nous allons dire, excessivement positif!!! Matisse n’a pas bougé, il a adoré passer sa tête par la petite « fenêtre » du Rémora pour découvrir le monde, et n’a pas semblé perturbé du tout. Pas de soucis notable au niveau de ses hanches ni de son train arrière. Pas de douleur ni de difficultés à marcher… Bien évidemment, nous avons emprunté des chemins asphaltés dédiés aux vélos (type véloroute, gravel, ravel, etc…)

Ayant passé sa tête par la « fenêtre » durant tout le trajet (à savoir, environ 1h30), il faudra faire attention aux éventuelles otites. Par chance, peu de vent ce jour-là et nous roulions tranquillement (environ 14 km/h de moyenne). Enfin, Matisse, une fois rentré, a retrouvé son panier préféré et s’y est très rapidement endormi. Bien qu’il n’ai pas pédalé, le trajet a semblé le fatiguer tout de même. A garder donc en tête pour nos futures sorties.

Malgré tout, de très bon augure donc pour nos futurs périples de plusieurs centaines de kilomètres, que nous vous inviterons à découvrir sur ce même site…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
16 × 30 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.